Idée reçue n°14 : « On ne sait pas quoi faire des déchets nucléaires et ils sont un legs inacceptable pour les générations futures »

Faux.

La radioactivité est naturellement présente dans la croute terrestre est les maigres déchets produits pourront y être stockés en profondeur sans surveillance.

Ils ne font en fait que retourner d’où ils viennent.

Ces nuisances, un mille fois plus réduits en volume que l’équivalent produit avec des fossiles (mines, centrales, émissions), sont tellement confinées qu’elles doivent receuillir sans hésitation notre assentiment par comparaison aux autres moyens de produire de l’électricité quand on a pas le choix (barrages en foret vierge plutot qu’en montagne, chimie toxique du PV hors des zones extremement ensoleillées ou isolées, éolien hors des zones à vents forts et fréquents, etc…).

Les conséquences des énergies alternatives peuvent être pires : Les Enr, sans stockage et donc intermittentes à 75% du temps et requièrent massivement des énergies fossiles come backup, faute de stockage rentable. Sans compter que leur cout réel (x 3 durablement du fait de leur structure déconcentrée) obère gravement les possibilités de conserver notre modèle social.

Un exemple ? Les verres volcaniques retrouvés n’ont pas été altérés, indice que le temps de décroissance de la radioactivité est largement compatible avec la longévité des matériaux de confinement.

Un autre élément très rassurant en est fourni à Oklo en Afrique où 16 petits réacteurs naturels ont entrainé des réactions spontanées dans le sol du fait de la concentration d’Uranium, ceci sans essaimer pendant 800 000 ans. (voir article de Bertrand Barré sur le web)

La Scandinavie a déjà résolu la question et la France a raison de prendre son temps pour décider démocratiquement du meilleur moyen pour les enfouir en toute sécurité pour le très long terme. On se demande si l’Allemagne a agit volontairement, choisissant des mines de sel pour stocker ses déchets, sans penser qu’il est soluble dans l’eau…

Mais il faudra décider : c’est notre responsabilité de les mettre en sécurité (avec ou sans réversibilité : plutot sans ?).

Sachant que dès 2030, la génération 4 des surgénérateurs réduira encore de 90% les déchets grâce à l’économie circulaire…

 

Pour en savoir davantage :

regarder les documents utiles :

http://aepn.blogspot.fr/search/label/d%C3%A9chets

et écouter les débats contradictoires :

http://www.debatpublic-cigeo.org/informer/comment-ca-marche.html

Se faire une opinion argumentée, ça mérite pas de s’informer un peu, non ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s