Idée reçue n°23 : « Le nucléaire régresse dans le monde, la preuve l’Allemagne et l’Italie sortent du nucléaire »

Faux.

La tendance générale  est plutôt à la reprise après une période d’incertitude.

La fin de la première vague de construction, le réchauffement climatique, la hausse des coûts des énergies fossiles, les tensions géopolitiques, le progrès techniques, les problèmes d’intermittence non résolus par les ENR, la pollution atmosphériques, autant d’arguments en faveur de cette énergie nucléaire. Pas de panacée pour l’heure, mais une solution assez propre que nous souvent. Les autres scénario crédibles sont dotés d’inconvénients bien pires. Et même rares les accidents n’engendrent pas des catastrophes rédhibitoires, comparées aux conséquences dramatiques des autres énergies.

 

La liste des réacteurs en construction (60), en programmés (155) et envisagés (338) est disponible ici.

En Europe : France, Royaume uni, République Tchèque, Slovaquie, Roumanie, Bulgarie, Pologne, Turquie, Arménie et peut-être Finlande et Hongrie, Pays bas, Lituanie,

nombreux sont les pays qui envisagent d’étendre leur parc électronucléaire.

 

Pendant ce temps, La Russie intrigue avec le gaz pour nous dissuader de gagner notre indépendance et garder le contrôle sur notre future liberté.

Certains pays payent cher leur erreur passée : Italie, Espagne, Grèce. Leur balance des paiements, et la pollution atmosphérique (et celle de leur voisins) en pâtissent encore.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s